Le cancer sonne comme une sentence de mort. Pourtant, on peut éviter le cancer ou du moins réduire son incidence en adoptant un régime complet à base végétale (ABV). Un cancer (ou tumeur maligne) est une maladie caractérisée par une prolifération cellulaire (tumeur) anormalement importante au sein d'un tissu normal de l'organisme, de telle manière que la survie de ce dernier est menacée. (Wikipédia)

Trois étapes importantes: Initiation – Promotion- Progression (voir schéma ci-dessous)

Le cancer est un changement du fonctionnement cellulaire des gènes inhibiteurs et activateurs. Les gènes activateurs l’emportent sous l’effet de carcinogènes, cad des molécules exogènes qui se lient à l’ADN et changent sa régulation, son expression, c’est une lutte entre les forces du mal et les forces du bien qui se jouent dans la cellule. Un déséquilibre apparaît au niveau de la cellule qui entraîne sa multiplication, puis peut progresser vers un cancer, si les conditions sont réunies, cad si votre corps est exposé à des substances cancérigènes dont les effets ne sont plus neutralisés par les gènes inhibiteurs du cancer.

Prévalence du cancer ?

En 2012, on estime que 14,1 millions de nouveaux cas de cancer et 8,2 millions de décès par cancer sont survenus dans le monde.

C’est la seconde cause de mortalité au monde, on estime que 5 à 10% des cancers sont déterminés par l’hérédité génétique tandis que 90 à 95% des cancers seraient le résultat de facteurs environnementaux. Comme pour les maladies cardiovasculaires, quand des japonais émigraient à Hawaï, leur taux de cancers triplaient pour l’incidence du cancer du sein, dans la première génération, puis l’incidence était multiplié par 5 dans la deuxième génération, clairement invalidant la nature génétique comme facteur héréditaire causatif principal. Le déterminisme est environnemental. Les changements des taux de cancer chez les populations migrantes permettent de démontrer la cause environnementale de nombreux cancers.

25 to 30% des cancers sont dus au tabac (dont 87% sont le cancer du poumon), C'est la première cause de mortalité évitable par cancer avec près de 47 000 décès par an en France, soit environ 25% de la mortalité totale par cancer.

10 à 15% sont liés à des infections (virus de l'hépatite B et cancer du foie, papillomavirus humain et cancer du col de l'utérus, virus d'Epstein-Barr et lymphome de Burkitt), plus rarement des bactéries (Helicobacter et cancer gastrique), 10 à 15% causés par un excès de poids.

4 à 6% par la consommation d’alcool. L'alcool est en France la deuxième cause de mortalité évitable par cancer après le tabac.

L'alimentation joue un rôle dans la survenue de cancers, elle serait particulièrement impliquée dans la forte prévalence du cancer colorectal qui touche environ 37 000 personnes et en tue 17 000 par an en France. l'OMS et le CIRC ont jugé en 2015 que la viande rouge devait être classée en cancérigène probable (groupe 2A) et les charcuteries en cancérigène (groupe 1). La viande, aujourd'hui, c'est comme le tabac dans les années 1950! On sait les conséquences sur la santé, mais on ose pas....ni interdire, ni informer, confusion totale chez les consommateurs. Pas chez les industriels...

 

Cancer: NUMBER ONE!  Les premières causes de mortalité en FRANCE.

Un fléau en augmentation qui coûte très cher à la Santé publique

Depuis les années 1950-60, les pays ont dépensé des milliards en argent dans la recherche sur le cancer aux USA, en Europe, en Asie, sans pour autant avoir réduit l’incidence du cancer, ce qui prouve à quel point la bataille contre le cancer ne peut être gagné seulement par la recherche au niveau génétique et cellulaire de molécules « anti-cancer » comme armes absolues contre le fléau du cancer. On meurt moins de certains cancers, c'est vrai, mais le cancer progresse, donc... Cherchons ailleurs.

Sur les 126 milliards d’euros dépensés en 2009, 51 milliards sont consacrés à la prise en charge du cancer, explique les auteurs de l’étude publiée dans The Lancet Oncology Volume 14, No. 12, p1165–1174, November 2013. Selon l’étude, 60% du coût économique concerne des dépenses hors santé. Quelques 43 milliards d'euros sont imputés aux pertes en productivité attribuées aux décès prématurés et près de 9,5 milliards d’euros sont liés aux arrêts de travail.  

En France, 14,5 milliards d’euro, c'est le coût de la prise en charge du cancer en 2011 pour l’Assurance maladie. Cela représente 10 % des dépenses de l’Assurance maladie et un coût équivalent à celui des pathologies cardiovasculaires.

 

CANCER: c’est quoi et que faire pour l'éviter?
Retour à l'accueil