Lundi 11 janvier 1 11 /01 /Jan 17:19

bebe-phoque.jpg
Blanchon de quelques semaines

Il y a un parallèle intéressant dans les attitudes réactionnaires de la classe politique, face à l’onde de choc culturel produite dans nos sociétés par les groupes militants pour la défense des animaux. Onde de choc, en effet, si l’on veut bien mesurer toute l’agitation, pour ne pas dire l’ébulition, qui préoccupe certains cénacles tant politiques qu’industriels au regard de la montée, jugée inquiétante, du mouvement de Libération animale.

 

La rapidité avec laquelle ce mouvement a su évoluer et prendre sa place dans le discours et l’action est déjà le signe d’un relatif recul des attitudes et des pratiques d’exploitation des animaux. Certains politiciens, au Canada, s’épuisent à vouloir défendre la traditionnelle chasse aux phoques qui certainement vit, et c’est heureux, ses derniers jours. Ailleurs, ce sont d’autres chasseurs, à courre ceux-là, qui désespèrent de voir la Cour européenne des droits de l’homme annuler l’abolition de la chasse à courre en Grande-Bretagne, en raison d’une présupposée atteinte aux droits de l’homme et à la liberté (des chasseurs). Ce qui leur fut refusé, bien entendu. Cette Cour européenne a du temps à ne surtout pas perdre avec les groupes de pression de la chasse dont les requêtes extravagantes auraient de quoi offenser les véritables victimes des véritables violations des droits de l’homme et de la femme à travers le monde, en ce début de 21ième siècle. 

 

La récente interdiction d’importation des produits dérivés du phoque dans toute la communauté européenne, en Juillet 2009, a créé un sursaut de nationalisme, avec pour conséquence, la plainte déposée par le gouvernement canadien devant l’Organisation mondiale du commerce, le 02 novembre de la même année, pour faire rejeter cette interdiction. Ceci au risque de compromettre des accords commerciaux avec l'Europe d’une valeur de plus de 25 milliards de dollars, pour défendre quoi au juste ? Une industrie mourante de 7 petits millions de dollars par an. 

 

Soudainement le phoque devient à la mode, l’heure est à la vendetta d’Etat; de la Gouverneur générale du Canada, Son Excellence La Très Honorable Michaëlle Jean en passant par Miss Labrador et Terre-Neuve, Sarah Green. L’une est invitée par les communautés autochtones pour déguster de la viande de phoque fraîchement tué, le mouchoir en action pour essuyer le sang dégoulinant de ses doigts et de ses lèvres, nous expliquant son geste en signe de solidarité avec les chasseurs Inuits.

Son Excellence La Très Honorable Michaëlle Jean avait faim.

Michaelle Jean

 

Sarah Green, elle, est le rejeton d’une famille de chasseurs, déambulant sur un char de Noël à St-Johns, arborant fièrement un manteau de fourrure. La belle de 19 ans, fière de ses origines et de sa culture, dit ne pas regretter de porter de la fourrure et de soutenir la chasse aux phoques. Sa réplique fait suite à une photo d’elle, copieusement défigurée par un groupe de collégiens anti-chasse et postée dans le réseau Facebook. La jeune ambassadrice veut ainsi porter le flambeau des traditions de ses ancêtres et provoque, au passage, la colère des opposants à la chasse. 

 

Ce genre de militantisme de l’autre bord du fossé culturel, peut réjouir l'indécrottable sénatrice Hervieux-Payette qui depuis longtemps part en croisade pour réhabiliter la chasse aux phoques. Madame la sénatrice, nommée à son poste à vie, et donc non élue par le peuple, se targue tout de même de défendre les intérêts de la nation. Elle devrait, à ce titre, connaître le coût de cette chasse annuelle pour les contribuables qui subventionnent cette chasse.

 

Soyons bref au sujet des intérêts des Canadiens et des Canadiennes défendus par la sénatoriale dame: la chasse au phoque rapporte 7 millions net aux chasseurs et en coûte 60 millions aux contribuables canadiens. Madame Hervieux-Payette a decidé de rentrer dans l’Histoire par le mauvais portillon en appelant tous les gouvernements à appuyer et mettre en application une Déclaration Universelle sur le Prélèvement Éthique du Phoque élaborée par un groupe d’experts et scientifiques canadiens et américains. Nous sommes tous d’avis que les opinions des experts de madame la sénatrice sont à considérer avec tous les égards qui leur sont dus. 

 

L’examen de cette Déclaration est édifiant, il s’agit d’un droit de tuer; c’est sans doute la première fois dans l’Histoire qu’un texte de cette nature est formulé pour justifier l’abattage de millions d’animaux. Les rédacteurs de ce projet valent la peine d’être nommés ici: M. Charles Caraguel, est un vétérinaire français; M. Pierre-Yves Daoust est enseignant en pathologie; M. Bruce G. Hatcher occupe la chaire de recherche sur les écosystèmes marins à l’Université du Cap Breton. Janice S. Henke est une scientifique américaine ; M. Peter Irniq a été ministre du Développement économique du gouvernement des Territoires du Nord Ouest et sous-ministre au sein du gouvernement du Nunavut. 

 

On lit en substance, que « l’utilisation des ressources marines par l’homme est entièrement justifiée pour des raisons de subsistance, de tradition et de commerce.» Ces ressources englobent toutes les formes de vie ; l’animal y est réduit au statut de ressource, d’objet, le phoque est un produit, la vie animale avec toute sa dimension sensible, intelligente et complexe reste une commodité au service de la tyrannie des hommes. La notion de ressource est l’élément clef de cette déclaration de guerre contre l’animal, toute espèce confondue. Le reste du texte étant juste verbiage, il est bon que celui-ci ne fasse que 15 pages, car c’est décidément 15 pages de trop et à oublier, puisqu’elles nous renvoient à l’Âge de pierre. En fait, les animaux sont bien autre chose que de simples ressources exploitables. Notons que la Suisse et le gouvernement du Québec soutiennent cette Déclaration.   

 

Autre pirouette de Madame Hervieux-Payette, le 16 décembre 2009, le Sénat du Canada adopte une motion visant à démontrer son engagement à « préserver l'équilibre des écosystèmes, à promouvoir le bien-être animal et la protection des communautés humaines. » La Sénatrice réitère sa position que les êtres humains ont le droit d'utiliser les animaux lorsque c'est fait de façon éthique et durable. Tuer éthiquement et durablement, quel beau programme pour les générations futures !  

 

Mais retournons en Europe, où certaines requêtes et pressions auprès des instances européennes, comme vu plus haut, sont également le signe que les chasseurs et les politiciens qui les soutiennent s’agitent et s’inquiètent. Les militants et les sympathisants du mouvement de Libération animale forment une communauté qui fait peur; en effet, des groupes végétariens manipulent l'opinion publique pour financer leur idéologie. Pourtant, on peut douter que le référendum d’initiative populaire qui risque très fortement d’abolir la corrida en Catalogne soit le résultat des groupes végétariens dans un pays où la consommation de viande par habitant est la seconde au monde après celle des Américains.

Chasse à courre le cerf épuisé se réfugie dans une mare
chasse à courre

 

On peut douter aussi que le vieillissement de la population des chasseurs dont l’âge moyen est de 50 ans, contre 45 ans il y a 15 ans, en France, soit aussi le fruit de l’idéologie végétarienne. Les chasseurs voient leurs effectifs baisser et à ce rythme de défection et de vieillissement, un rapide calcul nous promet leur disparition au 21 ième siècle! Il est vrai qu’en France, la nature sauvage n’existe plus vraiment; l’aménagement du paysage a dévasté les dernières vallées, les derniers cours d’eau, les plus belles forêts et les dernières zones humides. La nature est maîtrisée, administrée tant et si mal que les animaux terrorisés par les chasseurs s’échouent dans les parkings de supermarché, les cours d’école, les jardins des habitants ou finissent sur les routes et fauchés par les voitures. 

 

Dans un de ses billets, Armand Farrachi, auteur et membre d’honneur et responsable du Collectif pour l’abolition de la chasse à courre, rapporte qu’un cerf fut achevé dans la cour d'un hôpital psychiatrique, devant des patients et un personnel ébahi et choqué. Ceci n’est pas un événement rare. Les chasseurs en France représentent 2% à peine de la population mais exercent une forte influence au niveau politique et leurs votes sont importants dans les régions; les politiciens le savent bien. Au sein de l’Assemblée nationale, les chasseurs ont constitué un groupe parlementaire qui rassemble 220 députés sur un total de 577, soit près de 38 %. Ils s’organisent dans les régions, les départements et les villes, et gare à ceux qui s’opposent à eux. Ils ont des soutiens politiques et en dernier recours ils ont des fusils… Les chasseurs à courre représentent guère plus que 0,01% de la population et les sondages sont en faveur de l’abolition de cette pratique de chasse.  

AR CHASSE

 

      Militants anti-chasse en réunion

 

Au même titre que la corrida, où un taureau dans une arène est blessé et épuisé jusqu’à sa mise à mort par une estocade, la bête des bois est traquée par des cavaliers en belle apparat qui galopent, avec autour d’eux des chiens de meute hurlant et flairant la piste. Tous poursuivent un pauvre animal jusqu’à son épuisement avant de le mettre à mort à coups d’armes blanches, à coups de poignards ou de lances. En Europe, ces pratiques cruelles se perpétuent au nom d’une tradition aristocratique vieille de plusieurs siècles. On peut cependant se réjouir que de telles traditions provoquent des actions organisées par des militants du mouvement de Libération animale et initient des projets de loi, soutenus par quelques députés courageux, demandant l’abolition de la chasse à courre, comme c’est le cas en France en ce moment.  

 

Sans doute, il ne s’agit que d’une question de temps pour faire passer à la trappe à ordures, la chasse aux phoques des Canadiens, tout comme la chasse à courre et la corrida des Européens, et autres obscénités dont le genre humain se délecte pour assouvir un plaisir morbide. Ce serait un premier pas. L’humanité n’a rien à gagner à conserver des pratiques cruelles et à les transmettre à ses enfants au nom des traditions. 

 

La Libération des animaux est l’examen de conscience qui définira cette humanité. 


Pour plus d'info:


1) Seal hunt opponents deface photo of Miss N.L.:

http://www.cbc.ca/canada/newfoundland-labrador/story/2010/01/07/nl-teen-miss-photo-107.html

2) La Déclaration Universelle sur le Prélèvement Éthique du Phoque: www.phoque.org

3) Collectif pour l’Abolition de la Chasse à Courre (CACC): www.abolitionchasseacourre.org



 

 
Par David Ruffieux - Publié dans : Société - Communauté : Défense Des Animaux
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Vendredi 4 décembre 5 04 /12 /Déc 15:41



     Cher Nicolas, je vous le dis à vous, les scientifiques de la Banque mondiale sont formels; consommer des animaux favorise le réchauffement de la planète.  Et ce n’est pas une petite contribution de rien du tout (je pare déjà aux levées de bras en l’air de ceux et celles qui douteraient de son ampleur); on parle de la moitié des émissions de gaz à effets de serre qui sont attribuées à l’élevage. Robert Goodland et Jeff Anhang, dans leur article Livestock and Climate Change ont calculé que l’élevage du bétail représente 51% du total, bien davantage que les 18% qui ressortaient d’un rapport des Nations Unis, en 2006. Regardez donc dans votre assiette, allez-y! Voyez là, la calotte arctique fondre comme du beurre, ici les super ouragans, les méga tsunamis, la montée divine des eaux et bien d’autres sujets d’inquiétudes, coûteux pour nos sociétés, qui laisseront vos descendants dans un embarras certain. Vous ne me croyez pas, vous me prenez pour un rabat-joie ? Pourtant, c’est aussi cela le résultat du contenu de votre assiette.

         La contribution de l’élevage dans le réchauffement planétaire dont on entend parler si peu, dépasse celle de tout le transport international, selon la FAO (Food and Agriculture Organization), et dont on nous parle ad libidum, sur toutes les chaînes de télévision, de radios et dans nos journaux. Et alors, cette nouvelle voiture à pile hydrogène? Le transport en commun, le recyclage, les pistes de vélos, quelles idées vraiment géniales parce qu’avec le Global Warming, il faut faire attention! Ne me dites pas que vous prenez l’avion pour un Paris-Lyon! Ça ce n’est pas cool. En ce moment, les voitures hybrides sont subventionnées par le gouvernement, je me tâte… On veut tous faire quelque chose pour afficher une volonté citoyenne, n’est-ce pas?  Alors un coupable à la fois, mettons d’abord la voiture en accusation et ces maudites pétrolières, Total et consortium, au piquet!

        D’ailleurs, Al Gore l’a montré dans son reportage An Unconvenient Truth, du sommet de son échelle électrique pour pouvoir suivre la courbe exponentielle des émissions de CO2 qui monte, qui monte. Jamais dans l’histoire de l’humanité, nous dit-il, nous n’avons assisté à un tel changement en seulement un siècle. Ce que le vice-président Al Gore a oublié de manière commode (ou est-ce un oubli de sa part) c’est d’introduire, devant le monde entier, la notion que l’élevage des bovins, des moutons, des cochons et des poulets, est le responsable principal de cette évolution géothermique préoccupante. C’est vrai qu’Al Gore ne semble jamais refusé un bon repas dans ses multiples pérégrinations de Prix Nobel de la paix, et que l’idée d’un steak ou d’une entrecôte, source d’émissions colossales non seulement de CO2, mais aussi de méthane et d’azote nitreux, tous plus réchauffants les uns que les autres, est un, dérangeant et deux, impopulaire. 

         Sottises vous dites, Nicolas? Ces gens veulent contrôler votre vie, vous enlever le plaisir de la bouche, vous les accuser d’être des Khmers verts. C’est un peu exagéré. Il est vrai qu’à 58 ans, vous êtes bon vivant, amateur de cigares, de corvettes, de bon vin et de chair. Vous ne vous privez de rien, en effet. Je vous envie un peu toutes ces années à consommer sans restriction, à cette débauche des sens, à vous en mettre plein la poire!  Vous vous êtes payé du sacré bon temps. Vous ne vous êtes pas imposé de freins à vos désirs, ni n’avez jamais questionné cette consommation débridée qui caractérise si bien votre génération, mais que reste-t-il, après vous? Il est possible que nos enfants n’aient ni votre chance, ni l’opportunité de vous imiter. Avouez que vous avez largement salopé cette belle planète et vécu avec une grande aisance sur un capital qui ne vous appartenait pas. La bonne nouvelle, c’est qu’un régime végétarien prolonge l’existence et réduit les chances de cancer et de maladies cardiovasculaires, et il est permis de croire, osons l’avouer, que vos fréquentes visites chez les médecins vous feront un peu regretter vos ripailles. 

         Dr Rajendra Pachauri, dans une lecture ayant pour thème, l’impact de la production et la consommation de viande sur le réchauffement de la planète, le rappelle d’une manière moins équivoque: «Un kilo de bœuf est responsable d’un équivalent de carbone émis par un véhicule  européen moyen pour une distance de 250 Kms.» Avec un hectare de sol en légumes, on peut nourrir 30 personnes, mais seulement 5, si on utilise le même espace pour y faire de l’élevage. De quoi faire méditer ceux et celles qui se consternent de la faim dans le monde. Car en définitive, pour chaque tranche de rôti du Nord, c’est 6 assiettes dont on prive un enfant du Sud, vous savez, celui qui erre sur des montagnes d’ordures à la recherche de quoi vivre jusqu’au lendemain. J’inspire une grande bouffée d’air, quand des personnes bien intentionnées, mais mal renseignées, me disent qu’il faut d’abord s’occuper de la famine dans le monde. C’est ce que j’essaie de faire modestement, dis-je à cette dame et à son caniche, qui attendaient le bus mais refusaient de signer ma pétition contre le foie gras!

Il est vrai qu’avec le grain, le fourrage et l’apport calorique qui sont donnés au bétail, il serait possible de nourrir plus que la population humaine. Il faut 16 livres de grains pour faire une livre de boeuf, donc pas besoin d’un doctorat en économie pour comprendre l’absurdité d’un tel rendement. L’absurdité devient obscénité lorsqu’on sait qu’un enfant meurt de faim toutes les 2 secondes, parce que le blé, le maïs, le soja, l’énergie et l’eau servent à produire des protéines animales pour l’Occident. Dans son livre, The Hungry Planet, Georg Bergstrom nous explique que les pays riches épuisent les ressources des pays sous-développés pour exporter les protéines dont ils jouissent. En fait, 90% des poissons du monde s’exportent vers les pays riches, la moitié des céréales du monde est utilisée pour nourrir le bétail des Américains. Les Etats-Unis importent un million de tonnes de protéines végétales des pays en développement pour nourrir le bétail.

         Comme je vous le disais au début, Nicolas, n’y pensez plus! D’abord ne pensez pas, l’industrie agro-alimentaire vous le demande; sa survie en dépend, car elle a beaucoup de choses à cacher derrière les murs des abattoirs et ceux des fermes industrielles. En plus, vous avez d’autres chats à fouetter. On ne vous parlera donc pas des conditions de vie extrêmes des animaux de boucherie, des mutilations, des mauvais traitements, de la mort à la chaîne. On ne veut plus vous ennuyer avec cette réalité lugubre qui est le quotidien de millions d’animaux vivant tout près de chez vous. Juste peut-être cette histoire d’une vache indisciplinée, qui s’est échappée d’un abattoir l’autre jour, dans un dernier mouvement de révolte contre la bêtise humaine. Cette vache fut recueillie dans un refuge et épargnée du sort qui attendait les autres. “Ces vaches qu’on aime et qu’on mange quand même,” comme chante si admirablement, Alain Souchon.

              Et puis encore ceci, je viens d’acheter un livre de Jonathan Safran Foer, Eating Animals, que je vous invite à lire, si vous en avez le loisir. Il s’agit d’un livre dont le Prix Nobel de littérature J.M. Coetzee a dit tout l’intérêt: « Les horreurs quotidiennes de l’industrie de la viande sont évoquées de manière si brillante, et l’argumentation contre les gens qui dirigent ce système est présentée de manière si convaincante, que quiconque ayant lu le livre et continue de consommer les produits de cette industrie doit ne pas avoir de coeur, ou être inaccessible à la raison, ou les deux à la fois. » Le récit de ce livre évoque les conditions d’élevage et d’abattage des animaux aux Etats-Unis, le plus gros consommateur d’animaux au monde ; c’est 10 milliards d’animaux qui sont sacrifiés par an, soit 125 kg de viande par habitant en moyenne. Mais surtout, n’allez pas croire que la situation est différente dans un pays comme la France. Au fait, en tant qu’amateur de bavette, connaissez-vous la compagnie Charal? Il s’agit d’un entreprise spécialisée en viande bovine infiltrée par des militants de l'association L214 dans un de ses abattoirs, à Metz, pour y tourner un film sur les conditions d'abattage des bêtes. L'association y dénonce l'abattage d'animaux encore conscients, tandis qu'ils sont suspendus pour être découpés.

         Je vous sens, à ce point de ma lecture, sur la défensive. Peut-être faites-vous parti de ces gens qui ne comprennent pas comment les choses pourraient être autrement? La consommation de viande vous paraît si naturelle, elle est liée de manière si profonde à vos émotions, à votre culture et votre éducation, mais elle est une véritable malédiction pour le genre humain aujourd’hui. Peut-être aussi que votre malaise traduit une certaine culpabilité de ne pas pouvoir être différent, ou une jalousie de voir chez les autres des vertus auxquelles vous ne pouvez prétendre. Vous sentez-vous coupables parfois de causer tant de malheur contre ces pauvres bêtes au nom de votre estomac? Vivez-vous dans le déni de cette immense souffrance animale que vous ne voulez ni ne pouvez voir? Cependant réjouissez-vous, car malgré votre ignorance feinte ou réelle des abattoirs et de l’élevage industriel qui rend votre vie confortable et sereine au rayon des viandes, vous pouvez d’un seul geste sauver la planète. En effet, d’un coup de fourchette, assurez la prospérité des générations futures, sans vous soucier du reste, sans y penser. Devenez végétariens!

        En fait, comment pouvez-vous, cher Nicolas, consommer des produits d’une industrie si amorale et si corrompue. Montrez que vous avez un coeur, que vous êtes accessible à la raison, ou les deux à la fois.
 

-Livestock and Climate Change, de Robert Goodland et Jeff Anhang (World watch Institute)
-Dr Rajendra Pachauri présentation : Global Warning - The impact of meat production and consumption on climate change.
-Eating Animals, Jonathan safran Foer, Little Brown and company (2009) 
-Pratiques de mises à mort à l'abattoir Charal - Metz- http://www.l214.com/charal
-Sommet de Copenhagen: grève de la viande, les citoyens agissent: http://www.viande.info/

 

 


Par David Ruffieux - Publié dans : Société - Communauté : Développer le végétarisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 1 décembre 2 01 /12 /Déc 15:50



 

Lénine avait raison. La religion est un opium, une source de réconfort qui, comme les narcotiques, a des effets sédatifs pour les âmes torturées qui cherchent des réponses : malheureusement aussi souvent tordues, irrationnelles et incroyables soient-elles. La simple et humble réalité de ce monde ne procure que peu de soulagement tant et si mal qu’il faille toujours renouveler les fantasmagories les plus sottes et les plus indignes de nous; tâche difficile que de se raisonner face aux absurdités que la religion, par la croyance aveugle et l’endoctrinement des masses, jusqu’au fanatisme le plus violent, inculque aux générations. Peu d’entres-nous y échappent ; la religion est souvent un apprentissage incontournable de l’enfance, une nécessité sociale, un besoin d’appartenance à un groupe, un rouleau compresseur de l’intellect, ce qui rappelle combien il est difficile de s’affranchir des valeurs et des systèmes de pensées des autres, des cultures dominantes, et d’être soi-même sa propre lumière. 


Les athées, les sceptiques, qui ne croient pas en Dieu sont priés de se taire et de rester tolérant à l’intolérance et au rétrécissement de la pensée et du jugement. Les 16% d’athées aux Etats-Unis doivent se sentir bien seuls dans un pays où religion et  militarisme exacerbé s’accommodent sans peine. God is on our side. Les faveurs accordées aux croyants vont si loin qu’on oserait se demander si la nation américaine est sécuritaire pour les autres Américains. Mais puisqu’on ne brûle plus les hérétiques au bûcher, on leur impose poliment de se mettre en retrait pour laisser la parole aux prêtres, aux imams, aux rabbins et aux autres représentants zélés et prolixes de la foi et du mystère. De quels mystères au juste ? 


En fait, il y en a beaucoup dans les religions, la parole divine est riche et colorée d’événements et d’images surnaturelles, de prédictions et de prophètes de malheurs si bien qu’on se demande comment elle a pu survivre jusqu’à nous, les modernes ; les anges, Adam et Eve, l’Immaculée Conception, la Résurrection du Christ, la genèse, Armagédon, le paradis et l’enfer, font couler beaucoup d’encre. Tout cela s’est remarquablement conservé à travers les temps. Il aurait été préférable que  chacun se trouve libre de puiser dans les écritures saintes ce qui lui convient pour son bien-être et d’interpréter la parole de Dieu selon sa convenance, dans le repos du foyer, plutôt que d’imiter la foi commune et de suivre le dogme jusqu’au champs de bataille. Mais depuis longtemps, les autorités religieuses ont très largement limité la liberté morale et intellectuelle de leurs paroissiens, au contour bien défini des églises. Les rites hypnotisent le croyant impressionné, démuni face aux puissants, sachant à peine lire et plier sous le poids d’un labeur éreintant qui ne laisse guère l’opportunité d’un développement de la critique et d’une réflexion. 


La religion, en tant que système de contrôle social très efficace, aura aussi accédé au pouvoir politique pour étendre son influence des couches sociales les plus crédules aux élites les plus savantes. Du roi à Dieu, il ne semble y avoir qu’un pas, vite franchi lorsque l’ordre et le respect des classes l’exigent et pour rappeler la nature divine du souverain et donc de sa légitimité face au peuple assujetti. Les guerres de religion, en particulier, sont les exemples les plus dramatiques de la perversité de la foi aveugle, de la folie des hommes fanatisés qui accompagne le sentiment religieux et l’intolérance qui en résulte au travers de notre histoire. 


Pour Dieu, des rivières de sang coulent ; le Croisé à court de boulets catapulte des enfants sur les murailles des forteresses arabes; Chrétiens et Arabes se massacrent, tandis que plus tard ce sont les Protestants et les Catholiques du 16 ième siècle qui s’étripent dans les horreurs de la Saint –Barthélemy. Qui penserait qu’on condamnât de pauvres cochons au bûcher pour sorcellerie durant l’Inquisition ou encore des végétariens hérétiques refusant le lard du carême ! Il aura fallu à Galilée, pour sauver sa peau, qu’il se rétracte de son génie devant les malfaisants en robe de pourpre. Et pourtant, elle tournait bien autour du soleil, la Terre. Le bûcher est décidément commode aux ecclésiastiques pour laver les crimes des génies cherchant la lumière dans les ténèbres du culte. 


Encore aujourd’hui, les tensions entre religions sont palpables, avec l’insolvable question de la Palestine et d’Israël, et le fanatisme islamiste à la conquête de l’Occident qui aura envoyé des avions de lignes dans les tours du Wall Street Center. Le monde a-t-il vraiment changé depuis le 11 septembre ? Les minarets et la bourca suscitent une certaine inquiétude en Europe à en juger par le récent référendum suisse du mois de novembre 2009, qui  demande l’interdiction de nouveaux minarets. Les musulmans d’Europe ont-ils besoin de signes si hautement ostentatoires de religion? Certes, l’histoire chrétienne est riche de reliques qui abondent dans les rues de nos villes, inutile, à mon sens, d’en ajouter d’autres dans une société laïque qui se veut républicaine. Les Suisses ont exprimé une peur, une crainte de voir se développer l’islamisme dans leur pays. La réaction inattendue des Suisses a créé un grand désarroi chez les élites qui, comme toujours, sont en décalage avec le peuple. 


Verrait-on un référendum en terre d’Islam pour des constructions de cathédrales ? Il y a peu de chance. Les Chrétiens du Moyen-Orient se font très discrets dans leur foi, peut-on en attendre de même des musulmans les plus radicaux d’Europe ? Malgré les appels au calme des responsables des trois religions monothéistes, le christianisme, le judaïsme et l’islam, doit-on s’attendre à des appels à la violence, aux fatuahs qui appellent au meurtre d’un écrivain comme Salman Rushdie, ou le fanatisme le plus écervelé qui tua de 8 balles le réalisateur de film Theodoor van Gogh, le 02 novembre 2004, pour sa critique du traitement de la femme par la religion musulmane? L’Europe a le droit et le devoir de se protéger de l’intégrisme religieux et de séparer l’Etat et l’Eglise.


Les Européens, s’ils aspirent à vivre en paix, ont tout intérêt à faire disparaître dans le tissu urbain les signes de religion de manière à les rendre les plus discrets possible. Il en va de même des rites cruels, les sacrifices d’animaux, les abattages religieux, et en finir avec cette brutalité quotidienne qui s’exerce sur des animaux sensibles au non de la religion ; Les pratiques religieuses qui compromettent le bien-être animal doivent cesser en Europe. Hier soir, en regardant le film documentaire Earthlings du réalisateur Shaun Monson, qui traite du traitement des animaux, l’une des séquences montra un pauvre chien que des individus traînaient en laisse, avant de le jeter vivant dans un camion d’ordures. Ceci se passe quelque part au Moyen-Orient, où l’on ose à peine imaginer la condition animale dans certains de ces pays, comme l’Egypte, la Tunisie, les Emirats-arabes. En France, la fondation Brigitte Bardot s’efforce de rendre obligatoire l’étourdissement des animaux avant l’abattage rituel, qui consiste à trancher la gorge de l’animal conscient, mais il semblerait que les groupes de pression religieux s’efforcent de maintenir ces méthodes d’un autre âge, au nom de la liberté de culte, dans toute la communauté européenne. Les députés européens se sont mis à genoux devant eux. 


Dans les faits, en France, ce sont 200 000 moutons qui sont abattus pour l’Aïd al Adha, dont plus de 70 000 de manière illégale et clandestine selon le Ministère de l’Agriculture. Il n’est pas surprenant que les aliments religieux sont de plus en plus nombreux à circuler dans la chaîne alimentaire conventionnelle, à l’insu du consommateur non averti. Chaque fois que j’y pense, la France me fait honte par son immobilisme et sa couardise en matière de bien-être animal. En Belgique, l'association Gaiia s’efforce, comme la Fondation Brigitte Bardot, de médiatiser les dysfonctionnements systématiques des abattages rituels qui conduisent à des souffrances intolérables et à des comportements cruels; il est évident que les méthodes employées dans les abattoirs contreviennent trop souvent au rite religieux, rendant, dès lors, invalide la notion même d’abattage rituel. Rien ne différencie, en définitive, l’abattage rituel de l’abattage conventionnel avec étourdissement. Les autorités musulmanes de Belgique persistent à croire que l’abattage se fait selon selon les rites religieux.


Il n’y a pas qu’en Europe où le fanatisme religieux encourage les sacrifices d’animaux. Dernièrement, au Népal, des centaines de milliers d’animaux sont tués à coups de d’épée pour apaiser la déesse Gadhimai. Il s’agit d’un festival religieux, qui se déroule tous les cinq ans, et qui attire des millions de fidèles pauvres et illettrés. Quelque 250 bouchers se rassemblent dans un temple sacré où près de 20 000 buffles sont amenés par les fidèles pour être massacrés en quelques instants, dans une totale frénésie collective et alcoolisée. Le gouvernement népalais a refusé de mettre un terme à ces tueries, malgré les appels de rares personnalités religieuses, puisqu’il considère ces sacrifices comme une tradition religieuse vieille de plusieurs siècles. Jusqu’à ce jour, j’ignorais l’existence de ces sacrifices perpétrés par une fraction de la communauté Hindou et ce fut tout un choc. Mais que sont ces rituels sanglants, par rapport au massacre de milliards d’animaux de boucherie dans les abattoirs de l’Occident ? Qui sommes-nous pour condamner des pratiques barbares, quand nous-mêmes sommes incapables de mettre un terme aux nôtres? 


Fondation Brigitte Bardot: 
http://www.fondationbrigittebardot.fr/site/homepage.php?Id=2

Global Action in Favor of Animals: 
http://www.gaia.be/

Film Earthlings, documentaire exeptionnel sur la condition animale dans le monde.
http://www.earthlings.com/


 

 

 

Par David Ruffieux - Publié dans : Société - Communauté : Défense Des Animaux
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 15 novembre 7 15 /11 /Nov 17:14



C’est dans les abattoirs et le massacre froid et mécanique d’animaux sensibles que se trouvent inexorablement les attitudes génocidaires froides et mécaniques des hommes. Le lien entre la destruction brutale des animaux et l’annihilation des peuples n’est que trop évident pour quiconque sait reconnaître chez l’humanité son penchant pour les pires abominations. Champs de batailles, guerres fratricides et camps de concentrations jalonnent nos tragiques mémoires, s’étalent dans nos livres d’histoire, s’inscrivent dans le creux des monuments aux morts et donnent toute la mesure de la malédiction qui touche le genre humain. Malgré notre désir avoué et notre espérance de civilisation et de progrès, l’homme d’aujourd’hui n’a que peu changé de l’homme d’hier, car toujours en lui se trouvent les vices les plus sales; le racisme, l’ignorance, l'indifférence, la cruauté et la volonté de pouvoir et de contrôle.

Sommes-nous peut-être en ce 21ième siècle à un tournant de notre histoire où l’homme conscient de ses faiblesses voudrait enfin faire amende honorable et devenir sage? Rien n’est moins certain si l’on en juge les crises récentes; le génocide du Rwanda et la guerre de Yougoslavie sont autant de rappels funestes de l’Histoire qui se rejoue sans cesse. Les famines africaines et l’écart croissant entre riches et pauvres ne trouvent pas de solutions. La destruction continue des écosystèmes planétaires, de la biodiversité, celle des diversités culturelles nous invitent à contempler un avenir uniformisé et appauvri, plus difficile à vivre pour les générations futures. Enfin l’exploitation impitoyable et sans précédent des autres formes de vie de notre planète nous renvoie à notre formule d’introduction et sa promesse d’une exploitation renouvelée de l’homme par l’homme. Ceci n’est pas une fatalité, il y a des responsables et ils sont nombreux ; ils sont nos voisins, nos amis, nos collègues, les membres de notre famille. Ils sont visibles et touchables. Ils sont proches de nous.

Dans ‘Un éternel Treblinka’, un livre essentiel que chaque collégien, selon moi, devrait étudier dans nos programmes scolaires, Charles Patterson décrit la relation frappante entre l’industrialisation de la mort dans les abattoirs et l’Holocauste, la mort programmée et institutionnalisée de millions d’être humains sous le régime Nazi. Ce livre dont la publication en France a été rendue difficile, dans la mesure où il traite de deux sujets non seulement très sensibles, mais aussi de la connexion qui y est faite entre l’abattage des animaux et l’Holocauste, soulève une certaine incompréhension. Pourtant, au lieu de provocation vaine, Charles Patterson veut simplement éclairer notre conscience sur l’exploitation dégradante des animaux et la déshumanisation extrême qu’elle a entraînée au cours de l’histoire de l’humanité. Pour reprendre une des phrases clefs du livre, celle du philosophe juif Theodor Adorno, qui dut fuir le Nazisme: “Auschwitz commence quand quelqu’un regarde un abattoir et pense: ce ne sont que des animaux.”

Camp de Buchenwald 

Ce ne sont que des juifs pensait certainement Hitler qui s’inspira des chaînes de désassemblage des abattoirs de Chicago de la fin du 19ième siècle pour mettre au point, de manière pratique, la Solution finale. En effet, dès 1900 la mécanisation et la spécialisation des tâches dans les abattoirs, dont s’inspira d’ailleurs Ford pour adapter le travail à la chaîne à l’industrie de l’automobile, allaient permettre de répondre à la croissance rapide de la demande pour la viande. Quelque 400 millions d’animaux pouvaient être abattus, découpés et transportés par an, à une vitesse sans précédent; ce chiffre est passé à 10 milliards d’animaux aujourd’hui, rien qu’aux USA. Une civilisation qui tue tant d’animaux avec une telle frénésie, à une échelle si monumentale, n’est-ce pas là un paradoxe? 

L’Histoire donne à Ford le crédit pour l’application de ce mode de production intensif et rapide, mais c’est bien dans les abattoirs de Chicago que commencèrent la seconde Révolution industrielle et la route vers les camps de concentration. C’est dans l’Amérique de tous les esclavagismes, de l’animal à l’homme, qu’émergèrent les délires racistes du Troisième Reich : cet esclavagisme qui aura si bien servi la cause du capital, de l’économie de toute une nation, aura amplifié la désensibilisation des masses. Si l’abolition de l’esclavagisme remonte à 1865 aux Etats-Unis, l’exploitation des animaux continue à des degrés absolument astronomiques et l’étendue du massacre devrait interpeller quiconque se pose un instant la question. 

Les chiffres ne peuvent qu’attester du fait peu glorieux que l’espèce humaine est la plus meurtrière de toutes les créatures de cette planète. Pourtant, cette même espèce humaine ne cesse d'invoquer son haut degré de civilisation, l’excellence de son intelligence et son raffinement dans tous les domaines et surtout, surtout sa supériorité morale par rapport aux autres animaux. Cette insistance tout anthropocentrique, et humaniste, à voir chez nos contemporains le point culminant, l'apothéose du règne animal, et pourquoi pas l’image de Dieu, ne cherche qu’à faire oublier la terrifiante condition du genre humain et tout le sang et les larmes qu’il répand autour de lui. 

Alexander Von Humbolt, naturaliste et explorateur, fondateur de la climatologie du 19ième pensait que la cruauté ne peut pas être conciliable avec une humanité instruite et une véritable érudition. « Il est faux et grotesque de souligner à chaque occasion leur apparent haut degré de civilisation» dit-il, « alors que chaque jour, ils tolèrent avec indifférence les cruautés les plus infâmes perpétrées contre des millions de victimes sans défense. » Ils tolèrent le massacre des animaux comme beaucoup fermaient les yeux sur les pogroms, les rafles, les ghettos, les autodafés, et enfin l’inéluctable obscénité des chambres à gaz.

Upton Sinclair, un journaliste américain passa 7 semaines dans l’enfer des abattoirs de Chicago, ce qui lui inspira le roman ‘The Jungle’ dans lequel il retrace l’expérience d’une famille de travailleurs dans les chaînes de transformation et de découpe. Pour la première fois, le public américain découvrait l’environnement hostile, froid, sale et cruel des abattoirs de Chicago, la malpropreté et les difficiles conditions de travail. Dans l’un des épisodes du livre, Jurgis Rudkus, un immigrant lithuanien fait le tour des opérations d’abattage : «Il y avait des gémissements, des grognements et des plaintes d’agonie ; c’était trop pour certains visiteurs—les hommes se regardaient, riant nerveusement, et les femmes restaient prostrées, le sang leur montant à la tête, et les larmes apparaissaient dans leurs yeux. »

 élevage intensif de porcs

Le roman de Sinclair fut traduit en 50 langues, sauf en français jusqu’à l’année dernière ; étonnante contradiction au pays de la littérature et du fromage. Sinclair, était non seulement un remarquable écrivain, mais aussi un socialiste qui pensait pouvoir faire la promotion de ses idées grâce à un récit des conditions de travail terribles des travailleurs des abattoirs. L’ironie du sort et à la grande consternation de Sinclair à la fin de sa vie, c’est que son ouvrage le plus célèbre, fit si peu pour établir le socialisme aux Etats-Unis. Ce qui captiva l’attention des lecteurs et du public, ce fut le manque d’hygiène dans les abattoirs et la mauvaise qualité des saucisses, un mélange odieux de déchets, de suie et d’excréments. Le président Roosevelt, lui -même, en jeta son petit-déjeuner par l’une des fenêtres de la Maison-Blanche à la lecture du livre de Sinclair.

Voici donc, ici brièvement exposé, l’un des exemples historiques les plus édifiants de la morale de nos contemporains. Des saucisses à défaut d’idées de justice et d’égalité! Voilà enfin révélée, après plus de 2000 ans de christianisme, toute la place de la civilisation de l'homme: son estomac. 

A lire en anglais:

Eternal Treblinka : Our treatment of animals and the holocaust. Charles Patterson Lantern Books, New York (2002). 

A lire en français:

Un éternel Treblinka. Calmann-Lévy (janvier 2008) Collection: C-LEVY. Auteur : Charles Patterson. Traduction Dominique Letellier. 

Par David Ruffieux - Publié dans : Société - Communauté : Défense Des Animaux
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mardi 1 septembre 2 01 /09 /Sep 20:12



Je veux reproduire un très bon commentaire de Verdure Verte en réponse à un article paru dans le Devoir du 13 juillet 2009. L'Entrevue - Sans viande, pas d'humanité, de Fabien Deglise. Cette analyse de Verdure Verte reprend tous les pseudos arguments évoqués dans un texte assez calmonieux à l'égard des végétariens. La tactique n'est pas nouvelle. Je prie Verdure Verte de bien vouloir me permettre de reproduire son texte car il en vaut la lecture.

La préhistorienne française Marylène Patou-Mathis veut nous rappeler notre nature carnivore sans laquelle l'humanité n'aurait pas pu naître. Avec Mangeurs de viande. De la préhistoire à nos jours (Perrin), cette spécialiste du Néanderthal, nous dit que «La consommation de viande a été le catalyseur de la séparation entre les grands singes, principalement végétariens frugivores, et les Australopithèques, les premiers hominidés.»  Soit. Sommes-nous donc voués au carnivorisme ou même à un omnivorisme obligatoire par le fait de nos origines?  

Mais comme le suggérait le philosophe (Thomas Hobbes ou David Hume?), le passé ne peut imposer ce qui est et moins encore, ce qui devrait être. En effet, la question importante n'étant pas de de se demander pourquoi les choses sont ainsi, mais pourquoi elles ne pourraient pas être autrement...Les végétariens éthiques veulent améliorer le sort des animaux et refusent l'idéologie selon laquelle les animaux sont nos esclaves et pire encore. Ce crime d'inhumanité que serait le végétarisme nous est vivement reproché. Pourquoi tant de suspicion et de ressentiment à l'égard des végétariens...L'amour de la viande, le déni de conscience, l'absence de jugement? Je vous le demande.    

Voici donc le texte de Verdure Verte.  

Cet article part d'un mauvais a priori à l'encontre des militants en faveur du respect des animaux. Dès la première page ils sont traités (insultés) d' « ayatollah du tout végétal ». On les qualifie de « groupes plus ou moins [mais quand même...] radicaux », qui veulent soit-disant donner plus de droits aux animaux qu'aux hommes. On dit d'eux qu'ils font des sacralisation « à outrance », qu'ils ne « gardent pas raison », les accuse de misanthropie, de révisionnisme évolutif, d'individualisme forcené, de démesure (sans explication) et même de manque de virilité !

Toutes ces accusations, non fondées, qui passent pour des insultes à l'encontre des militants, font sérieusement douter du professionnalisme en tout cas de la neutralité d'au moins un des auteurs. 

Non les amis des animaux ne leur accordent pas plus d'importance qu'aux êtres humains. Non ils ne « gaspillent » pas leur énergie militante uniquement pour les animaux non humains puisqu'ils sont nombreux à militer ailleurs, que ce soit dans des associations humanistes ou dans des partis politiques (peu -pas du tout- connus pour leur engagement en faveur des animaux...). D'autre part cette accusation de gaspillage vient souvent de personnes qui elles ne sont engagées dans tout simplement rien du tout ! 

La démarche antispéciste est une démarche rationnelle elle ne peut pas être accusée de sacralisation. On peut le croire (par ignorance) lorsqu'on ne s'est pas intéressé au problème et que l'on s'est toujours contenté d'éluder la question de de savoir s'il est moral de tuer des êtres sensibles pour le plaisir de les manger. 

Apparement un grand danger serait « l'amnésie » car Mme Patou-Mathis tient à nous rappeler qu'il « ne faut pas chercher à oublier ». J'ai du mal à voir d'où provient le danger (si ce n'est chez les créationnistes ou autre intégrisme religieux ?). Les antispécistes se basent sur des arguments scientifiques et ne sauraient donc remettre en cause aucune des affirmations communément acceptée dans tous les domaines scientifiques y compris la paléontologie. Leur but n'est pas de nier le passé mais de faire des choix pour le présent. D'autre part, le monde entier, que ce soient le climat, les espèces ou la société humaine, est en évolution permanente et il s'agit de ne pas s'attacher à une pratique traditionnelle, qui a peut être eu des avantages dans le passé, si celle-ci ne sert plus (les arguments qui sont donnés concernant l'utilité des manger les animaux ne correspondent plus pour le stade actuel de l'évolution de l'humanité), si elle immorale, ou si elle est même dangereuse (pour des raisons écologiques et de sécurité alimentaire). Ça n'a rien avoir avec de l'amnésie ou du révisionnisme. 

L'affirmation comme quoi l'herbivore « conjugue son existence au temps de l'individualisme » semble totalement fallacieuse. Que dire des troupeaux d'herbivores (et je ne vais pas vous faire l'insulte de citer ne serait qu'une espèce...) ? Que dire de la nécessaire collaboration de toute la communauté concernant les travaux agricoles d'envergure (je parle des communautés traditionnelles et des travaux des champs) ? Il faudrait peut-être revoir la définition d' « individualisme »... 

Sans viande « pas d'humanité », que dire des avancées de la médecine lors des conflits mondiaux... Et dire qu'il suffit de garder ses acquis, mêmes les mal acquis, sans se croire « redevable » de reproduire les mêmes erreurs ou actes immoraux. D'autre part, il serait regrettable (stupide) de prendre nos ancêtres comme modèle étant donnés que leurs modèles de vie sont totalement incompatibles avec le monde moderne (cet aspect est quelque peu nuancé plus loin dans l'article), sans parler de ceux qui n'avaient même pas les mêmes capacités cognitives que les nôtres. 

On arrive sur une thèse extravagante prétendant que « notre ère moderne semble un peu mal à l'aise » avec la consommation de viande, Mm Patou-Mathis parle de « crise existentielle », ailleurs on parle encore de « mal-être » de refus de l'animalité, de malaise collectif. En tant que végétarien j'ai bien plutôt franchement l'impression que la balance penche plutôt de l'autre côté... Il faudrait vraiment avoir l'esprit en alerte pour détecter un quelconque malaise commun par rapport aux pratiques carnassières de notre société « moderne ». En vrai, les gens ne se posent pas la question. Si malaise il y a, c'est lorsqu'ils se rendent compte que c'est immoral. Mais cette prise de conscience est très loin d'être générale. 

Il y a aussi une phrase intéressante sur « notre part de virilité », dont le ridicule me permet de ne pas approfondir.

On parle aussi de nature à laquelle il ne faudrait pas nuire, sans plus d'explication, cela fait parti des affirmations données sans rien pour préciser leur sens ou les étayer de façon rationnelle. Puis, d'embrayer sur un fantasmatique danger de « faire de la nature un monde culturel » (le sens en est laissé à la discrétion du lecteur). 

L'auteur nous exhorte à « accepter les différences » des animaux une bonne fois pour toutes. L'auteur est incapable de voir justement les infiniment plus nombreux points communs que nous avons avec les animaux, que nous tentons en permanence de nier pour ne pas se sentir responsable de leur mort, que l'élevage industriel est la manifestation la plus claire de ce déni de parenté dans le sens où l'on y atteint le degré le plus extrême de chosification de l'être sensible, que le problème n'est pas d'accepter que nous sommes différents mais d'accepter que nous partageons énormément.

Et il ne s'agit pas là d'anthropomorphisme. Nous sommes tous conscients que la plupart des animaux sont incapables de concevoir et penser comme des êtres humains. Ce n'est pas la faculté de penser qui conditionne la morale, mais la sensibilité à la souffrance. Cette dernière ne peut être niée pour tous les animaux. Ce n'est pas les sacraliser que de prendre en compte leur sensibilité dans nos choix, ni les mettre au dessus des humains. 

Enfin, les expressions telles que « gestes pathologiques » ou « démesure » concernant implicitement les régimes végétariens sont totalement battues en brèche par les études médicales qui montrent que les régimes végétariens bien menés sont meilleurs pour la santé que les régimes omnivores. Loin d'être des gestes démesurés, ils sont non seulement profitables pour notre santé, mais en plus pour notre environnement (il y a de nombreuses statistiques à ce sujet, ne serait-ce que celles produites par l'entremise de la FAO), et ne reposent pas sur l'exploitation et la souffrance d'êtres sensibles.

Texte original:
http://www.ledevoir.com/2009/07/13/258846.html 

Par David Ruffieux - Publié dans : Société - Communauté : Défense Des Animaux
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Texte Libre

 

 

Le respect de l'homme par l'homme ne peut pas trouver son fondement dans certaines dignités particulières que l'humanité s'attribuerait en propre, car, alors, une fraction de l'humanité pourra toujours décider qu'elle incarne ces dignités de manière plus éminente que d'autres. Il faudrait plutôt poser au départ une sorte d'humilité principielle : l'homme, commençant par respecter toutes les formes de vie en dehors de la sienne, se mettrait à l'abri du risque de ne pas respecter toutes les formes de vie au sein de l'humanité même.

Claude Lévi-Strauss, Entretien avec Jean-Marie Benoist, « L'idéologie marxiste, communiste et totalitaire n'est qu'une ruse de l'histoire », Le Monde, 21-22 janvier 1979, p. 14.

Calendrier

Décembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés